impression

Soirée Projet 14-18

samedi 20 juin 2015


Raconter la Grande Guerre (Projet 14-18)


Raconter la Grande Guerre à travers le parcours de soldats aubois morts au combat : c’est l’objectif que ce sont fixés les élèves de la classe de 3e5 du collège Le Noyer Marchand.

Depuis le début de l’année, 21 élèves de 3e répartis en sept groupes selon leur lieu de résidence ont entrepris un travail de recherche historique sur des soldats de leur commune morts au combat lors de la Grande Guerre (Romilly, Pont sur Seine, Crancey, Villenauxe-la-Grande).

Encadrés par Noémie Pichon, professeur de français, et Michaël Thomas, professeur d’Histoire, les élèves ont réalisé une enquête sur les traces de la guerre dans leur famille (lettres conservées, objets d’époque…) et analysé le monument aux morts de leur commune, prouvant l’importance de la mémoire de cette guerre dans le paysage français.

Après avoir sélectionné un soldat en particulier ayant réellement combattu (Pierre Morin, aviateur romillon ; Henri Coeffier, sapeur mineur condamné en conseil de guerre…), les élèves se sont rendus aux archives départementales de l’Aube pour récolter les informations nécessaires sur les registres matricules pour établir la fiche d’identité de leur soldat (état civil, parcours militaire, citations, blessures). Les affiches réalisées tentent de reproduire « en grand » un véritable registre matricule, accompagné de précisons sur les lieux de combat et de mort de chaque soldat.

Pour pouvoir pleinement s’immerger dans la vie des « poilus », les élèves ont passé une journée à la découverte des champs de bataille de la Grande Guerre le vendredi 13 mars. Après la visite du Fort de Douaumont, haut lieu de la bataille de Verdun, où les élèves ont pu se rendre compte des rudes conditions de vie des soldats français et allemands, ils se sont recueillis à l’Ossuaire de Douaumont et devant le cimetière national de Verdun, découvrant l’ampleur des pertes humaines. Les destructions matérielles terribles de la bataille de Verdun (30 millions d’obus tombés) furent visualisées en s’arrêtant devant le village détruit de Fleury, gardées en mémoire par le terrain encore ravagé un siècle après.

Les élèves ont enchaîné avec la visite de la Butte de Vauquois, haut lieu de la guerre des mines, où Français et Allemands se sont affrontés avec acharnement pour contrôler ce paisible village meusien. Ils ont pu observer le réseau de galeries souterraines, où les mineurs tentaient de faire sauter les tranchées adverses à coup de plusieurs tonnes d’explosifs. Une fois arrivés en haut, ils ont pu voir l’impressionnant résultat : des entonnoirs de plusieurs dizaines de mètres de profondeur et un village totalement détruit. Idéalement conservées, les tranchées françaises, assez sommaires, font face aux tranchées allemandes, beaucoup plus solides, du fait de leur position défensive.

Pour finir cette journée, les élèves ont pu déambuler sous la direction de Pierre Labat, véritable « trésor vivant » de Massiges, où l’Association La Main de Massiges a reconstitué à l’identique tout le réseau de tranchées dans la glaise marnaise, lieu de combat intense en 1915. La vie quotidienne dans les tranchées y est particulièrement bien mise en valeur tant par les objets que par les anecdotes entendues durant la visite.

Grâce à toutes les informations recueillies sur place et vues en cours, les élèves ont écrit des lettres évoquant le départ au front de leur soldat et leur vision de la vie des tranchées. La rédaction d’un récit a pu mettre en avant un événement militaire particulier dans la vie de chaque soldat (attaques d’une tranchée, combat aérien...).

Afin de mieux faire revivre chaque soldat à travers leurs écrits, les élèves les mettront en scène lors d’une soirée exposition au collège Le Noyer Marchand le lundi 22 juin à partir de 18h. Projet moteur en ces années de commémoration de la Grande Guerre, venez nombreux assister à cette représentation qui participe du devoir de mémoire.