mer.
30

Le Maki Mococo

Par Sandra LUNEAU dans la catégorie poésies

Le Maki Mococo
Son kimono a mis
Pour un goûter d’amis :
Macaque et Okapi
L’Macaque vient d’Macao
L’Okapi d’Bamako.

Le Maki Mococo
Fait goûter ses amis
Pas de macaronis
Mais d’un cake aux kiwis
D’esquimaux au moka
Et kakis en bocaux
Quart de lait de coco
Cacao ou coca
Dans des bols en mica.

« Qui joue au mikado ? »
Dit l’Maki Mococo
Le Macaque dit oui
L’Okapi ne dit mot.

L’Macaque est un coquin
L’acolyte Okapi
Est du même acabit.
Le Macaque qu’a un coup
Pour gruger les gogos
Rafle tous les kopeks
Du Maki Mococo.

Jacques Roubaud

mer.
19

L’accent circonflexe et la petite cédille

Par Sandra LUNEAU dans la catégorie poésies

Entre deux vers
D’un long poème
D’un poème fort ennuyeux
La cédille aux yeux de verveine
qui nattait ses jolis cheveux
rencontra l’accent circonflexe
Curieuse quoiqu’un peu perplexe
Sans moi vous l’eussiez deviné
Elle lui dit pour commencer
Quel bizarre chapeau que le vôtre
Seriez-vous par hasard gendarme ou polytechnicien
Et que faites-vous donc sur le front des apôtres
Est-ce vous la colombe ou la fumée du train
Je suis je suis gentille cédille
Le S escamoté des mots de l’autrefois
C’est à l’hostellerie qu’on emmenait les filles
Le S a disparu me voici sur le toit
Et toi que fais-tu cédille
A traîner derrière les garçons
Sont-ce là d’honnêtes façons
N’es-tu point de bonne famille
Accent bel accent circonflexe
Voilà toute ma vérité
Je t’aime et pour te le prouver
Je fais un S avec un C

Jean-Pierre Rosnay

mar.
06

Le dormeur du val

Par Sandra LUNEAU dans la catégorie CM1, poésies

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud

mer.
10

L’albatros

Par Sylvain Balcérowiak dans la catégorie poésies

Charles Baudelaire

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

 

mer.
12

LA RENTRÉE DE POÈME

Par Sylvain Balcérowiak dans la catégorie poésies

C’est un petit mot
Tout propre et tout beau
Qui ne veut ni école
Ni sac sur le dos.

Il préfère les flaques d’eau
Et les feuilles qui volent,

Il préfère les étoiles
Et les bateaux à voiles…

Pourtant les enfants l’aiment
Le petit Poème,

Alors, tout propre et tout beau,
Son sac sur le dos,
Il court sur les cahiers
Des petits écoliers

 

Christine Fayolle